Chloé au Mexique

17 janvier 2017Chloé au Mexique

Chloé Huguenin

 

Découvrez le témoignage de Chloé Huguenin partie en mission au Mexique ! Elle apporte son soutien à l’association Tsomanotik. Le centre agroécologique surplombe les collines du Chiapas.

Installé sur les collines au sud du Mexique, Tsomanotik est un centre agroécologique qui cultive des légumes biologiques, conscientise les populations locales aux problématiques environnementales et supporte des projets solidaires locaux. 

Les activités du centre se tournent vers un axe principal : démontrer qu’il est possible (et plus rentable) de vivre de la terre sans dépendre des produits agrochimiques. Un enjeu de taille au cœur de la campagne du Chiapas, région majoritairement rurale et surtout, la plus pauvre du pays. Au travers de visites du centre, de création de potagers dans les écoles du village ou encore d’ateliers avec les communautés locales, l’association vise à impulser les initiatives de chacun en faveur d’une vie simple et respectueuse de la nature. C’est dans ce centre parmi les montagnes, les champs de canne à sucre et la forêt que séjourne pendant neuf mois en tant que volontaire en communication. Mon rôle est de gérer les réseaux sociaux et relayer les actions de Tsomanotik par des articles, dépliants, affiches ou messages radios.

Mais travailler ici, c’est aussi y habiter. Volontaires internationaux, équipe mexicaine et visiteurs cohabitent sur trois hectares de verdure et d’installations écologiques. Car dans le centre, tout est pensé pour vivre de la manière la plus « durable » possible. Toilettes sèches, recyclage et douches à chauffage solaire offrent un confort modeste. Le quotidien se déroule au rythme de la mission, du travail au potager où tout le monde met la main à la pâte, et des tâches ménagères (nettoyage de toilettes sèches, cuisine, lessive à la main).

 

Chloé Huguenin (2)

Parmi les salades, radis ou piment, le Nopal, sorte de cactus comestible, pousse dans le potager.

 

Le temps libre reste celui des échappées. Découvrir le Chiapas et ses cascades, ses lacs et ses ruines mayas c’est aussi sortir du fourmillement du centre et se confronter à la réalité du Mexique. Tsomanotik est un lieu de passage. Les gens partent, arrivent, et il est difficile de trouver des moments de solitude. Tout bouge, fait du bruit, s’enchaîne. Pourtant, j’ai trouvé dès mon arrivée une tranquillité toute particulière. En vivant ici, j’intègre cette sorte de philosophie mexicaine qui consiste à prendre les choses avec légèreté, et relativiser les petits stress récurrents.

Il semble plutôt facile d’adopter un regard nouveau, d’autres habitudes, et composer avec les différences qui constituent la petite part d’exotisme de se trouver ici. Mon temps ici est limité et j’accorde une importance toute particulière aux détails, banals et insolites, qui ponctuent chaque jour passé à Tsomanotik. Apprendre la patience en s’alignant aux horaires très aléatoires de chaque transport ou de rendez-vous. Examiner ses vêtements avant de les porter pour éviter une malheureuse rencontre avec une araignée ou un scorpion. Dormir sous une moustiquaire. Planter des oignons au petit matin. Observer un colibri qui butine à côté du bureau.

 

Si vous souhaitez suivre ses aventures, je vous conseille de vous rendre sur son blog Mission Cactus. Une belle plume, des dessins et photos vous attendent…