Flore au Pérou

28 octobre 2016Flore au Pérou

GINKGO - Volunteers in action

Découvrez le témoignage de Flore partie depuis deux mois en mission au Pérou ! Notre jeune volontaire en service civique apporte un soutien pour renforcer l’implémentation locale d’un centre culturel. 

Le projet de l’association dans laquelle je travaille est double : d’une part, elle propose des ateliers créatifs et formateurs (jeux, peinture, cirque …) aux enfants de ce village petit et pauvre qu’est Tornameza, afin de pallier au manque de cohésion sociale et de solidarité qui existe entre leur parents. Un peu comme le point noir du Huarochiri, Tornameza n’était à l’origine qu’une étape sur le chemin de la migration vers Lima. Cette précarité s’est aggravée avec la suppression des emplois liés au transport de voyageurs, converti en transport de minerais, et les catastrophes naturelles pendant la saison des pluies. Le climat de tension sociale et économique est très palpable…

J’interviens pour ma part davantage sur la seconde mission que se donne l’association, à La Casa de los Titiriteros (= la maison des marionnettistes) : nous organisons des évènements liés à l’écotourisme et la nature où,  aussi bien familles qu’écoles, et parfois entreprises, peuvent échapper à la grisaille de Lima le temps d’un weekend (après l’effort de 2 à 3h de route), participer à des ateliers liés aux arts scéniques et plastiques, camper, barboter dans la rivière et vérifier la réputation de cordon bleu d’Eleonora, notre responsable. Pour notre public péruvien, il s’agit de partager des moments insolites et dans une ambiance rigolote et détendue. C’est également un lieu de passage pour de nombreux artistes, qu’ils viennent en résidence ou se produire le temps d’un weekend… Cette structure fait partie du jeune réseau de Puntos de Cultura que le Ministère de la Culture péruvien tente de fédérer, et dans cette ligne, j’ai eu l’occasion avec Aurore, l’autre volontaire, de m’aventurer à Huaraz pour la rencontre Cultura, Consciencia y Sustentabilidad qui fut incroyablement forte et instructive au regard de l’organisation collaborative et horizontale de ce type de programme.

Concernant l’adaptation, difficile de passer inaperçus pour les gringos que nous sommes (volontaires et marionnettistes) au Pérou en général, et d’autant plus dans un petit village reculé et peu agité comme Tornameza ! Ma prise de marques a été bien facilitée par l’accueil que m’ont réservé Eleonora et les autres volontaires, avec qui le courant passe à merveille. Dans cette région, le tout premier contact avec la population m’a paru réservé et pudique, voire méfiant. J’apprends beaucoup de choses, à commencer par la langue, la conception de l’horaire, des distances et de la sécurité, certains métiers ou plats saugrenus … mais je découvre aussi une puissante et riche culture andine, une vie péruvienne colorée, généralement modeste, à l’opposé des exigences et habitudes européennes que je connais. À presque 10 000 bornes de la France, je vis le grand saut dans le vide ébouriffant !

14581361_10209429010314123_75444385197497135_n 14639722_10209429082555929_2796670887494326373_n