Les 7 ans du projet TSOMANOTIK

21 septembre 2016Les 7 ans du projet TSOMANOTIK

En 2016, 7 de nos volontaires sont partis en mission de service civique dans le centre agro écologique TSOMANOTIK au Mexique. Le centre célébrait en mai son 7ème anniversaire : l’occasion d’organiser une fête à l’image du projet et fidèle à son esprit mais aussi de dresser un bilan de ses 7 années d’existence.

Dans cette interview, Bet et Daniel, les fondateurs du centre, nous font part de leurs émotions et reviennent sur ce qu’ils considèrent comme  étant l’âme du projet.

Quel serait pour vous le bilan de ces 7 années d’existence ?

Daniel : La création du projet de TSOMANOTIK a surtout été un processus d’apprentissage, à travers lequel nous avons déconstruit et reconstruit, en bousculant les idées et les schémas de pensées anciens. Bien sûr nous continuons ce travail et je crois que le processus d’apprentissage de s’arrête jamais. Si je devais faire un bilan général, je dirai que nous voyons désormais la vie de manière différente.

Bet : Ça a été effectivement un apprentissage quotidien. Notre vie est devenue plus intense et riche de sens. Ce projet nous a permis de nous confronter à un autre monde, à une autre vision et à d’autres valeurs. Je me réfère aux gens d’ici, à leur amour pour la terre, au sens qu’il donne à leur vie et à leur conception de bien-être. Mais ça a été avant tout une rencontre avec la nature, alors même qu’elle n’avait jamais été présente dans notre vie.

Comment a évolué TSOMATONIK ?

(…)

Bet : Nous avons beaucoup grandis. Tout a commencé avec l’envie de faire quelque chose au Chiapas, suivi par  l’achat d’un terrain pour la construction d’un espace vert. Petit à petit, nous avons été rejoints par des personnes qui ont cru au projet,  avec qui nous partageons la même envie et le même rêve de durabilité, de solidarité et de dignité humaine. Progressivement, nous avons aussi développé d’autres activités, en particulier en matière de plaidoyer communautaire.

D’autre part, la venue sur le projet de nombreux volontaires et étudiants, plus de 300, a été et continue à être une grande joie pour nous. Grâce à cette expérience, nous pouvons leur faire découvrir d’autres alternatives, d’autres valeurs, d’autres paradigmes.

Quels ont été les moments forts ?

Daniel : Les moments les plus forts  ont été les moments de ruptures, de confrontations entre certaines personnes, lorsque nous avons dû  gérer des situations conflictuelles. Nous y avons donné de l’importance car ces situations forment parti du processus d’apprentissage. Pour moi, ces situations conflictuelles sont positives. Je vois que les gens apprennent et découvrent beaucoup en se confrontant à un autre système de valeurs et cela je le lis dans les témoignages de volontaires, de services civiques ou encore d’étudiants. Cela me donne de la force et me remplit d’espoir !

Bet: La mise en place du projet TSOMANOTIK a été longue et difficile. Il a été difficile de tisser des relations durables, difficile de créer le lien et de construire une équipe de personnes en accord total avec ce que nous faisions et notre manière de le faire. Il a aussi fallu faire face aux nombreux  questionnements sur l’utilité de notre action «  Est-ce que le projet TSOMANOTIK sert réellement à quelque chose ? », «  Est-ce que nos actions sont utiles ? » En réalité, les résultats positifs sont nombreux. Petit à petit, nous constatons les changements opérés. La célébration de nos 7 ans a été un évènement particulièrement fort.  Ça a été justement l’occasion de constater  tout le chemin parcouru, et de voir à quel point les personnes ayant pris part au projet se sont enrichis d’une telle expérience, sur le plan humain ou même familial. Je crois que le projet TSOMANOTIK contribue réellement à améliorer la qualité de vie et la dignité humaine de toutes les parties prenantes. Cela est source d’une grande joie et d’une grande fierté !

union-738x490  milpa2construyendo-el-altar-maya-820x490

Comment envisagez-vous les prochaines années ?

Daniel : Je souhaite vraiment que TSOMANOTIK devienne une référence et qu’il réveille les consciences à Tzimol. Qu’il impulse un changement plus global : social, économique, environnemental et politique.

Bet : Que le projet ait une plus grande incidence encore ! Notre rêve serait d’avoir un réel impact social, et de tendre vers l’idéal de dignité humaine et de justice social  pour tous. Cela doit passer par une réelle prise de conscience, par la fin de l’indifférence et de l’apathie pour enfin prendre nos responsabilités et devenir les sujets de notre propre histoire. Pour ça, misons sur l’éducation, la formation et la sensibilisation. C’est notre rêve à nous, ce qui nous fait rester ici et garder espoir en l’avenir !

Si vous deviez résumer ces 7 années en un mot ?

Daniel : désapprentissage et apprentissage.

Bet : Intensité et apprentissage !